Taxation du cannabis CBD 2024 : danger évité ?

Quels sont les meilleurs types d’herbes légales de 2024?

Changé le: 31/01/2024

CANNABIS NEWS 2024 : QUE PRÉVOIT LA LOI DE FINANCES 2024/2025 ?

À la surprise des défenseurs du cannabis, un projet de légalisation du cannabis semble apparaître dans la loi de finances 2024/2025. En réalité, la question est traitée d’un point de vue strictement fiscal, mais cela implique évidemment une approche complètement différente de ce que l’on aurait pu attendre d’un gouvernement de droite.

Alors, qu’est-ce qui est prévu ?

Dans cet article, nous allons essayer de répondre à la question.

Taxation cannabis CBD : on y échappe encore !

La proposition parlait d’une éventuelle taxe sur le cannabis dont la teneur en THC est inférieure à 0,5 % pour les fleurs CBD. L’intention n’était toutefois pas de taxer le cannabis léger, mais d’augmenter la taxation minimale à l’égard des détaillants en possession d’un numéro forfaitaire de TVA, qui bénéficient actuellement d’un taux de 5 % pendant cinq ans. Avec cette manœuvre, cependant, le pourcentage serait augmenté jusqu’à 15 % à partir de la première année, éliminant totalement la facilitation des cinq premières années.

En outre, à la suite de cette proposition, il a été pensé qu’il se comporterait parallèlement au tabac, établissant une augmentation pour les paquets de cigarettes à partir de janvier 2023. Il est donc envisagé : « un montant fixe spécifique par unité de produit, déterminé, pour l’année 2023, à 36,00 euros par 1 000 cigarettes, pour l’année 2024 à 36,50 euros par 1 000 cigarettes et, à partir de l’année 2025, à 37,00 euros par 1 000 cigarettes » (art. 28 alinéa 1 a).

Lire aussi : Le chanvre et l’art : le lien entre les peintres et la marijuana

Taxation cannabis CBD : on y échappe encore !

Loi sur le cannabis : pourquoi nous ne pouvons pas encore parler de légalisation ?

Si en 2019 le Belpaese était en tête des prévisions 2024 pour le commerce du cannabis dans toute l’Union européenne, le fort obstructionnisme de la droite a fait reculer l’Italie. Comme si cela ne suffisait pas, il est encore nécessaire de réconcilier le secteur du cannabis avec le D.P.R. 309 de 1990, en veillant à ce que les deux coexistent sans mettre un bâton dans les roues.

Nommément ?

Avec la publication de la loi 242 de 2016, la culture du cannabis sativa a commencé en Italie. Cependant, comme il s’agit d’un secteur très délicat qui souffre d’un énorme vide réglementaire, de nombreux partisans du cannabis se sont retrouvés à investir leur argent avec tous les doutes de l’affaire.

Pendant ce temps, les inflorescences de cannabis à haute teneur en CBD ont gagné en popularité et sont devenues largement consommées. Cela a fait de notre pays une sorte d’«exemple » pour nos voisins, les encourageant à copier notre travail et à mettre en œuvre des réglementations au niveau européen.

Mais tout à l’heure, nous avons parlé d’un vide réglementaire, n’est-ce pas ?

En fait, si d’une part, la loi 242 de 2016 autorise exclusivement la production de cannabis, le commerce est plutôt régi par le D.P.R. 309 de 1990. Cela explique pourquoi la limite de THC imposée au producteur se situe de 0,2 % à 0,6 %, alors que pour le détaillant, elle ne doit pas dépasser 0,5 %. Comme si cela ne suffisait pas, les produits dérivés sont toujours considérés comme illégaux selon la procuration, tandis que toute utilisation alimentaire est toujours interdite.

De tout cela, il est clair qu’il ne sera jamais possible de parvenir à la légalisation complète du cannabis tant que des modifications n’auront pas été apportées au D.P.R. 309/90, modifications suggérées par l’Organisation des Nations Unies elle-même, selon lesquelles le cannabis devrait être éliminé de la liste des substances du tableau I.

Toutefois, la proposition de loi de finances serait de bon augure.

Loi de finances 2024/2025 : voici quelques-unes des modifications proposées

En outre, dans la proposition d’amendement du « C. 643-bis Budget de l’État du gouvernement pour l’exercice 2024 et budget pluriannuel pour la période triennale 2024-2025 DOSSIER AMENDEMENTS PRÉSENTÉS » signée par Fratoianni et d’autres du Groupe mixte — Alliance verte et gauche se lit comme suit :
En conséquence, après l’article 29, le texte suivant est ajouté :

29-bis.
(Introduction du monopole du cannabis)

1. La loi n° 907, du 17 juillet 1942, est modifiée comme suit :

a) le texte suivant est inséré après le titre II :

« TITRE II-bis.

MONOPOLE DU CANNABIS

63-2.

(Objet du monopole)

1. La culture, la transformation, l’introduction, l’importation et la vente du cannabis et de ses dérivés sont soumises à un monopole d’État sur tout le territoire de la République.

63-3.

(Définition du cannabis et de ses dérivés aux fins de l’impôt)

1. Aux fins du présent titre, les produits de la plante classée botaniquement dans le genre cannabis sont considérés comme des dérivés.

63-4.

(Disposition personnelle)

1. Cette disposition est sans préjudice de la culture de cannabis pour usage personnel jusqu’à un maximum de cinq plantes femelles et du transfert à des tiers de petites quantités de ses dérivés pour consommation immédiate.

Loi de finances 2023/2025

63-5.

(Licence de culture de cannabis)

1. L’Agence des douanes et des monopoles a le pouvoir d’effectuer directement toutes les étapes de la transformation du cannabis conféré, ainsi que d’accorder sur le territoire national une licence de culture de cannabis pour la fourniture des sites de transformation indiqués par cette même agence. À cette fin, le Ministre de l’Économie et des finances, par décret à prendre dans un délai de deux mois à compter de la date d’entrée en vigueur de la présente disposition, réglemente les procédures d’octroi des licences pour la culture du cannabis, les procédures d’acquisition des semences correspondantes et les procédures de conférer la transformation de ses dérivés, en déterminant annuellement les espèces de qualité cultivable et les quantités relatives, et en fixant le prix de livraison, le niveau de l’accise, le niveau de la taxe de vente au détail et le prix de vente au détail.

63-6.

(Licence de vente au détail de cannabis et de ses dérivés)

1. L’Agence des douanes et des monopoles peut accorder une licence pour la vente au détail de cannabis et de ses dérivés sur son territoire. Le Ministre de l’Économie et des finances, avec son propre décret, réglemente l’attribution des licences de vente au détail, en particulier en ce qui concerne la détermination de leur répartition territoriale.

63-7.

(Protection du monopole)

1. L’ensemencement, la culture, la vente de cannabis et la détention de ses dérivés à quelque titre que ce soit, à l’exception de petites quantités destinées à la consommation immédiate, effectuées en violation du monopole prévu au présent titre, sont interdits. La violation du monopole est punissable conformément aux dispositions de la présente loi en cas de contrebande.

63-8.

(Règlements applicables)

1. Les dispositions du présent titre s’appliquent mutatis mutandis aux dispositions du titre III;

b) dans le titre de la même loi, les mots « et le tabac » sont remplacés par ce qui suit : «, tabac, cannabis et ses dérivés ». »

Lire aussi : Concentrés de cannabis CBD : ce qu’ils sont et quels types existent sur le marché

Conclusions

Dans cet article, nous avons parlé de la taxation du cannabis CBD et, plus généralement, de la loi de finances 2024/2025, en mettant l’accent sur tous les changements nécessaires.

Visitez JustBob pour ne pas manquer les mises à jour et découvrir la large gamme de produits légers au cannabis de la meilleure qualité.

À bientôt !