La Suisse s’ouvre aux expérimentation pilote sur le cannabis.

La Suisse s'ouvre aux expérimentation pilote sur le cannabis

Le Parlement suisse approuve une modification de la loi sur les stupéfiants pour étudier les effets du chanvre.

La Suisse entre officiellement dans une nouvelle ère en ce qui concerne le monde du cannabis sans THC et avec THC.

En effet, après l’approbation d’une modification de la loi sur les stupéfiants par le Parlement, est venue également la confirmation des États, qui ont exprimé leur approbation avec 31 voix pour, 7 contre et 2 abstentions.

La révision de la LStup (loi sur les stupéfiants) avec le nouvel article 8a permettra, à partir du 15 mai 2021, de réaliser légalement des expériences scientifiques sur la consommation de marijuana.

Le blog de Justbob, qui opère depuis des années sur le marché du cannabis CBD, souhaite informer ses lecteurs de toutes les nouvelles concernant le monde du cannabis légal et du chanvre en général.

Découvrons donc comment cette étude va se dérouler.

Lire aussi: Est-ce légal de cultiver du chanvre et du cannabis CBD ?

Les modalités de cette expérimentation pilote sur le chanvre.

Tout d’abord, qui peut participer à cette phase expérimentale ?

Ce que l’on apprend du texte, c’est que le projet sera ouvert aux personnes majeures déjà consommatrices de marijuana qui, en présentant une demande officielle à l’OFSP (Office fédéral de la santé publique), auront la possibilité d’acheter cbd ou cannabis avec THC de manière tout à fait légale, et donc sans risque pénal, divers produits à base de chanvre, bien sûr de manière restreinte.

Les modalités de cette expérimentation pilote sur le chanvre.

Il s’agit, comme nous le savons, du haschisch, de la marijuana, de l’huile de cbd et d’autres substances, mais on ne sait pas encore lesquelles seront effectivement distribuées par les revendeurs agréés dans le cadre de cette expérimentation. Ce qui est certain, c’est qu’ils seront soumis à des contrôles de qualité très stricts.

En effet, l’ensemble de la chaîne de production sera soumis à un suivi et à un contrôle strict, non seulement pour garantir un produit répondant aux normes de qualité adéquates (y compris l’obligation d’être biologique), mais aussi dans le but d’éliminer le marché noir.

Les points de vente autorisés à distribuer les produits inclus dans l’expérimentation recevront également une formation approfondie afin que les opérateurs soient en mesure de fournir aux consommateurs toutes les informations et de les sensibiliser aux risques liés à la consommation.

Bien évidemment, la revente et la consommation dans les lieux publics seront interdites, et parmi les dispositions émises dans le domaine de la protection de la jeunesse figure l’interdiction absolue de la publicité.

Il convient également d’ajouter que, pendant toute la durée de l’expérimentation, la santé des consommateurs qui y sont soumis sera constamment surveillée.

Les objectifs de l’expérimentation du cannabis.

Après avoir déterminé les modalités de cette expérimentation, voyons maintenant quels objectifs elle entend atteindre.

L’objectif principal de cette phase expérimentale, qui durera 10 ans, est, selon ses promoteurs, d’acquérir un maximum d’informations sur les effets de la marijuana sur la santé des consommateurs.

Cela sera possible non seulement grâce à une sélection rigoureuse des personnes qui participeront au projet, mais aussi grâce au fait que le produit et ses dérivés, comme nous l’avons déjà mentionné, respecteront certains critères tant en termes de qualité que de caractéristiques principales.

Par exemple, les niveaux de certains composants du chanvre à l’étude, surtout le THC et le CBD, doivent respecter des paramètres très précis.

L’autre objectif déclaré est de contrer le marché noir qui, étant donné le nombre élevé de consommateurs habituels de cannabis et de dérivés du chanvre, prospère également grâce à des produits de mauvaise qualité qui ne sont soumis à aucun contrôle.

Réactions du monde politique sur l'expérimentation.

Réactions du monde politique sur l’expérimentation.

Bien que l’amendement à la LStup ait été approuvé par une large majorité du monde politique, les doutes et les réticences n’ont pas manqué.

Les partis centristes, en particulier, ont critiqué cette décision.

Peter Hegglin, du parti PPD/ZG, a souligné que, selon lui, le cannabis est encore plus nocif pour la santé que le tabac et que, plutôt que de promouvoir des initiatives liées à sa consommation, il serait plus approprié de concentrer les énergies sur la dissuasion de sa consommation, en particulier chez les jeunes dans les écoles.

Werner Salzmann de l’UDC/BE s’est déclaré préoccupé par une éventuelle future légalisation, tout en soulignant qu’une résolution du phénomène de la consommation de cannabis est très compliquée puisque selon les chiffres en Suisse, bien que la consommation soit illégale (en Suisse la fleur de CBD est légal), un tiers des adolescents disent avoir essayé au moins une fois et le nombre de consommateurs réguliers est d’environ 200’000 personnes.

La large utilisation du cannabis à des fins récréatives est l’un des facteurs qui ont ouvert la voie à la réforme législative promouvant l’expérience pilote, car, selon Johanna Gapany (PLR/FR), ignorer ces chiffres signifierait ne pas admettre que la ligne prohibitionniste ne garantit pas de résultats satisfaisants et laisser le marché noir exploiter cette tendance.

En ce qui concerne l’hypothèse d’une légalisation, Charles Juillard (PPD/JU) est intervenu pour dissiper ces doutes, affirmant que les promoteurs de l’initiative n’ont pas nécessairement l’intention de s’ouvrir à une mesure aussi extrême que la libéralisation, mais de suivre un phénomène social répandu et d’évaluer les scénarios futurs possibles sur la base de résultats scientifiques.

En deux mots, le slogan des promoteurs est : “étudions le phénomène, attendons les résultats, puis nous verrons”.

Lire aussi: Cannabis légal: peut-on emmener du cannabis CBD légale en avion?

En conclusion.

Compte tenu de la durée de dix ans du processus expérimental, on peut parier qu’il y aura beaucoup de discussions sur une éventuelle émulation par d’autres pays, car l’initiative du gouvernement Suisse est une initiative qui aborde le phénomène de la consommation de cannabis de manière constructive et intelligente.

Le blog Justbob accordera une attention particulière au développement de cette expérimentation, et nous serons prêts à tenir nos lecteurs informés de toute nouvelle à ce sujet.